Knit Eat : wool, food and love

Emma et Nathalie

Il y a certaines rencontres qui vous marquent et dont vous sentez l’importance au premier contact, et sur ce point, mon intuition ne me trompe jamais. Emma fait partie de celles-ci.
Je me souviens très précisément de ce jour de Juin 2016 sur le toit du Collège Hotel puis d’un atelier macramé IWWI dont j’étais repartie enchantée.

Je suivais depuis longtemps Emma sur les réseaux et ai été très impressionnée de me retrouver face à elle.
J’ai une admiration sans bornes pour son univers unique et ses douces atmosphères.
Elle manie les aiguilles comme personne, associant avec un talent rare les couleurs et les motifs que ce soit pour le tricot ou la couture.
Son compte instagram Encre Violette est un enchantement, il reflète avec justesse ce qu’elle est vraiment. Emma est une personne délicate, droite, attentionnée, créative, à l’écoute, humaine et émouvante.

De fil en aiguille (oui il était facile mais obligatoire celui-là) Emma et moi avons été amenées à travailler ensemble sur divers projets dont Knit Eat.
Comme son nom l’indique Knit Eat associe le tricot à la gourmandise.
Le point de départ de ce projet est aussi une rencontre : celle de Nathalie et Emma.

Puis, cette rencontre a permis d’être à l’origine d’apéros tricots à l’échelle lyonnaise dans les murs du Café Marmot, puis de rassemblements plus importants entre tricoteuses venues de toute la France, pour finir par donner lieu l’an dernier à un vrai Knit Eat Festival.

Petit Knit Eat
Knit Eat

Emma et Nathalie ne se sont pas arrêtées en si bon chemin et l’idée d’un magazine s’est assez rapidement imposée sous la forme du Knit Eat Book mis en page par Servane Tranchant.

Knit Eat Book

Un très bel objet articulé autour de 4 axes :

MODELES TRICOT inspirés des motifs et de l’univers de Monsieur Papier. Ma préférence va aux modèles Coquille d’Emma et Médusa de Julie Dubreux (en couverture). Les merveilleuses photos d’Adeline Maillet confèrent à cette partie une réelle touche de magie.

CAHIER TECHNIQUE regroupant toutes les informations nécessaires à la réalisation des modèles présentés.

REPORTAGES qui vous entraîneront ,à travers la plume enlevée de Vanina Denizot, dans les coulisses de Fonty l’une des dernières manufactures de filature et de teinture de laine en France dans la Creuse, puis, chez Monsieur Papier, à la Pointe du Raz, lieu hybride regroupant un café, une boutique et un studio graphique.

RECETTES DE CUISINE inédites proposées par les petits chouchous Lyonnais d’Emma et Nathalie dont les fameux cookies de Guillemette Auboyer.

J’ai eu l’honneur de participer à la partie REPORTAGES de la première édition et je ne vous cache pas ma fierté d’avoir pu collaborer à ce magnifique projet.

Cela valait bien un post sur Highlighters ,car, si il y a bien un duo qui doit être mis dans la lumière, c’est bien celui formé par Emma et Nath. Pour ce faire, je laisse la parole à Emma qui a bien voulu répondre à mes questions.

Qui es tu Emma ? Quel est ton parcours?

J’ai une formation d’architecte paysagiste qui ne m’a pas donné un métier mais une vraie culture de la couleur, de l’harmonie, et une façon de mener un projet, quel qu’il soit, dans son ensemble. Pour financer mes études, je travaillais dans la boutique La Droguerie à Bordeaux où ma passion pour la couleur et le textile en général et le tricot en particulier s’est vraiment épanouie (coucou la Droguerie !).

Quelles sont tes passions? Quelles sont leurs origines?

Dans ma famille, on a toujours utilisé ses mains d’une façon passionnée : la peinture, la couture, le tricot… J’ai toujours vu ma maman nous coudre nos vêtements, ma tante Edith est peintre et c’est sans doute grâce à elle que ma fascination pour la couleur est devenue une passion et un élément indispensable à tout ce que j’entreprends. Ma grand mère paternelle m’a enseigné le tricot l’été de mes 7 ans pour m’occuper pendant les grandes vacances et ça a été une vraie révélation ! Couleurs et fils, ça résume bien ma passion. Mon seul regret est que ma grand mère n’ait pas pu voir où le tricot m’a menée.

D’où viennent tes inspirations?

Mes inspirations viennent du quotidien, de mes balades, de nos voyages en famille…Ca peut être une harmonie de couleurs, la composition d’un carrelage, la lumière du soleil le matin, tout est prétexte à imaginer un tricot !

Comment est né Knit Eat et ses dérivés? Et qui est Nathalie ton double Knit Eat?

J’ai rencontré Nathalie dans sa boutique Nyack, comme cliente. Elle vendait, en plus des vêtements à la sélection pointue, des kits de tricots. Une fois par mois, elle organisait un apéro tricot au café Marmot à Lyon où on était à chaque fois une bonne trentaine. En fait, on se réunissait autour de la food et du tricot, et toutes les 2 on a voulu aller plus loin dans cette combinaison en proposant les Petits Knit Eat : une fois par trimestre on se retrouvait dans un lieu différent avec food et quelques exposants de laines. Le succès était au rendez-vous et on a alors très vite imaginé la version Festival. La première édition fut un vrai bonheur : plus de 20 exposants de laines et accessoires pour tricoter, 5 stands food, plus de 1500 visiteurs sur le week-end ! Et cette année, nous avons imaginé le Knit Eat Book, recueil de modèles de tricots, de recettes et  de reportages. Nous avons embarqué dans l’aventure designers tricot, photographes (merci Virginie !), journalistes et passionnés de cuisine.

Knit Eat Festival
Knit Eat Festival

Parlons Knit :

Quelle est ta laine préférée? 

Je n’ai pas de laine préférée, ou alors c’est par période, je vais avoir une adoration pour un fil pendant quelques temps puis je passe un autre. Le seul point commun, c’est que j’aime surtout les matières naturelles (animales : mohair, alpaga,… ou végétales : lin, coton…).

Pourquoi?

Parce que j’adore le contact de ces matières en les tricotant (tout le métrage nécessaire pour un ouvrage passe entre mes mains, autant que ça soit appréciable !). Et aussi parce que ça tient bien dans le temps, ça vieillit bien. Et que j’aime les choses intemporelles.

Quelle couleur?

J’ai une adoration depuis toujours pour les couleurs sourdes, un peu fanées et passées (les roux, rouilles, moutarde, rose, verts sombres…) et bizarrement je n’ai jamais tricoté de noir, et très peu de bleu.J’aime les associations de couleurs peu communes et c’est d’ailleurs souvent le hasard d’une combinaison de couleurs observée dans la rue qui pourra m’inspirer.

Ton point favori? Ce que tu préfères tricoter? Pour qui?

Concernant les points, je ne vais pas être originale : tout me plait ! autant tricoter des kilomètres de point mousse que travailler un point ajouré compliqué ou des torsades dans tous les sens. Ce qui me plait c’est le changement. J’ai une prédilection quand même pour les points texturés qui donnent de jolies matières et les points ajourés qui donnent de délicats motifs. J’aime surtout tricoter des pulls, gilets et chaussettes ! Souvent pour moi et souvent pour personne en particulier, je tricote pour créer des prototypes.

Knit Eat

Parlons Eat :

Quel est ton plat favori? Pourquoi?

Mon plat favori est depuis toujours les lasagnes. J’adore tout ce qui est à base de pâtes.

Qu’aimes tu cuisiner?

J’aime cuisiner surtout les desserts, j’ai plus d’intuition pour le sucré ! Pour le salé ça me demande plus d’anticipation, de préparation.

Quel est ton dessert préféré?

Tout ce qui est à base d’oeufs et de lait. Je suis fan de la crème au oeufs et son coulis de caramel de ma maman, qui n’oublie jamais d’en préparer quand je vais chez mes parents !

Knit Eat Festival
Knit Eat
Knit Eat Book

En cette période particulière comment envisagez-vous la suite des événements?
 

L’édition 2 du Knit Eat Festival était prévue début avril, avec 52 exposants venus d’Europe, des exposants food, des workshops et ça promettait d’être une édition fabuleuse.

La crise sanitaire que nous traversons nous laisse pour le moment dans l’inconnu le plus total concernant le maintien d’un événement de cette ampleur dans les mois qui viennent et cela nous attriste car nous entrainons aussi nos partenaires dans cette histoire.

Par « chance » nous avons lancé le Knit Eat Book (modèles de tricots et recettes de cuisine) début avril et nous gérons sa vente à distance. Cela nous permet de rester dans une certaine dynamique par rapport à nos projets, même si l’investissement financier n’est pas anodin. Le plus difficile est de maintenir le cap, de travailler dur et quotidiennement en sachant que tout ça sert dans le meilleur des cas à limiter la casse.

Comment pouvons nous vous aider Nathalie et toi dans vos projets et vos activités?
 
Pour qu’on puisse imaginer la suite, pour maintenir des événements food + tricot et entrainer avec nous cette belle communauté, nous avons juste besoin d’y voir plus clair en fait ! On aimerait, comme beaucoup, avoir une visibilité sur les mois à venir. Pour nous aider concrètement, il y a la boutique en ligne avec le livre et les goodies !
Nous avons quelques beaux partenariats à venir (on croise les doigts) et on reste à l’écoute pour de nouvelles collaborations avec Knit Eat.